Potager d’intérieur: Tout un univers à inventer

La graine a germé !

la graine a levé

Un Tsunami d’énergie verte déferle sur nos métropoles.

Dans le monde entier, des pionniers cherchent, expérimentent dans le domaine de la production alimentaire en ville.

Les motivations sont diverses: exigence en terme de qualité et de fraicheur des aliments, besoin de se sentir libéré du joug de l’industrie agro-alimentaire, désir de consommer des plantes introuvables dans le commerce.

Il y a aussi un grand courant du manger vivant, volonté de consommer des produits ultra-frais. L’autoproduction répond parfaitement à cette ambition. Sitôt récolté sitôt consommé, comment faire plus frais ?

aquafarmstagué11213

Jardins partagés, guerilla gardening, potagers sur les toits, balcons et terrasses plantées de cultures vivrières, un mouvement très populaire et surtout très médiatisé a vu le jour dans les villes ces dernières années. 

 Cependant, peu d’urbains disposent d’un balcon, d’une terrasse ou ont accès à un jardin partagé. Le prochain territoire à conquérir, c’est la maison, le lieu de vie, la culture en intérieur!

Il est possible et facile de cultiver des plantes alimentaires chez soi. Il existe des solutions pour tous les types d’espaces et de budgets, même les plus modestes. 

Ensemble, nous explorerons ce que peut être un potager dans la maison, comment et où l’installer, comment l’entretenir et aussi qu’y faire pousser.

Vue-gene-rauram-tag-intro-s
Basilic thaï et rau ram au premier plan,courgettes au fond

Le potager d’intérieur sera-t-il une réplique en modèle réduit du potager traditionnel?

Cela ne me parait pas être la voie à suivre. 

Tout d’abord, la contrainte de l’espace réduit encourage à l’ingéniosité, afin de choisir des techniques efficaces et des cultures dont le rendement est important sur de petites surfaces. 

De plus le climat quasi-tropical de nos intérieurs nous pousse à la créativité, à ré-inventer le potager, à écarter la plupart des plantes potagères ordinairement cultivées sous nos latitudes et surtout nous offre la possibilité de cultures plus exotiques et ce avec très peu de contraintes de saisonnalité.

Le rendement et le retour sur investissement vont être des variables clef. Mais quel rendement? En kilo de patates?

Le potager d’intérieur source de plaisir et de bien-être, de santé, de partage, de beauté et de découverte, tel me paraît être l’objectif principal.

bas-genestag-intro
Basilic de Gènes en aéro-bioponie (aerotop et biosevia)

Incontournables, en cuisine comme au jardin, les herbes aromatiques sont les plantes reines du jardin d’intérieur: peu encombrantes, de croissance rapide, quelques feuilles suffisent à sublimer une recette, à égayer une salade. Une petite surface bien menée peut permettre de subvenir au besoin du foyer.

La culture d’intérieur se prête particulièrement bien aux herbes exotiques, tels le basilic thaï, le rau ram, le tulsi, mais permet aussi de cultiver des herbes plus locales comme l’agastache, le basilic de Gènes, la coriandre, le persil. Elles portent bien leur nom, aromatiques, saveurs fortes mais aussi puissantes vertus …

Basilic thaï et rau ram en bioponie
Basilic thaï et rau ram en aéro-bioponie ( aérotop et biosévia)
Basilic thaï en aquaponie
Basilic thaï en aquaponie

Les graine germées, aliment énergétique et savoureux, sont très faciles à faire pousser, peu encombrantes. Le rendement qu’elles apportent en proportion de l’espace et de la lumière nécessaires est très certainement le plus avantageux de toutes mes propositions.

Ludiques, savoureuses, colorées et productives, les tomates cerises sont aussi de très bons candidats. Le plaisir de croquer une tomate bien mûre tout juste récoltée.

Les piments, pour ceux qui apprécient le piquant, poussent très bien en intérieur. 

Les jeunes pousses remplacent avantageusement les salades: du croquant, de la fraicheur et beaucoup de gout.

Mes 6 pieds de tomates en hydroponie (AéroFlo et Floraserie). Cerise noire, cerise verte, rose de Berne et banana legs
Pieds de tomates en hydroponie (Aéroflo et floraserie).
Cerise noire, cerise verte, rose de Berne et banana legs

 

Poisson et crustacés! Pour les plus ambitieux, en aquaponie (élevage de poisson associé à une culture de plantes), on peut élever chez soi des tilapias, poisson d’eau douce originaire du Nil, ou des écrevisses tout en cultivant dans le même système des plantes variées.

Piments black hungarian, jalapeno et jamaïcain au premier plan, citronnier meyer au fond.
Piments black hungarian, jalapeno et jamaïcain en hydroponie (Aquafarm et floraserie) au premier plan, citronnier meyer au fond.
Salades à couper dans le filtre biologique de mon système aquaponique.
Salades à couper dans le filtre biologique d’un système aquaponique.
Les mêmes salades quinze jours plus tôt ...
Les mêmes salades quinze jours plus tard …

 

Photo prise au microscope de notre première spiruline, souche Paracas du Pérou. RIP
Photo prise au microscope de notre première spiruline, souche Paracas du Pérou.

La spiruline, 70 % de protéines, des vitamines A et B en très grandes quantités et une croissance optimale dans de l’eau chaude et bien éclairée…

Elle commence à être bien connue en tant que complément alimentaire, redécouvrons la comme aliment, ce qu’elle était pour les habitants aztèques de la région du lac de Texcoco, qui est devenue Mexico. La consommer fraîche procure une expérience inédite.

spiru-intro-tag
Spiruline Lonar, souche des Indes, en pleine croissance 

Vos idées et propositions sont les bienvenus, tout est à inventer, c’est la grande aventure de la co-création ..

 

10 commentaires sur “Potager d’intérieur: Tout un univers à inventer

  1. Bonjour,
    Que dire… c’est un magnifique blog. Un grand merci pour ce partage, surtout qu’il y a très peut d’exemple de culture intérieur utilisant des engrais organique (bioponie) en aero.
    Bonne continuation 😉

  2. bonjour,
    je repassais aujourd’hui sur ton site, tu m’as grandement inspiré, je vais commencer une culture AP d’ici très peu de temps. 120L amazonien, espace de 70x100cm en système table à marrée et une hps 150-250W en renfort de l’éclairage naturel le matin et le soir. J’espère produire rapidement un certain nombre de fruits et légumes car l’aquarium est déjà cyclé depuis 2ans donc les bactérie bénéfiques sont installées et bien développées.
    Je suis très curieux de lire ton article sur la bioponie et le charbon, je savais qu’il absorbe les nutriments mais n’ayant jamais fait de bioponie je suis près à passer le cap si tu nous expliques comment avoir un système qui marche… surtout en aero alors que même le minéral peut causer des bouchons dans l’irrigation.
    continus comme ça, c’est un vrai plaisir 🙂

    1. merci, c’est un grand plaisir de savoir que mes articles inspirent.
      J’était un peu occupé à autre chose ces dernier temps, l’article sur le charbon est déjà écrit en anglais.
      Il a été publié sur G+: https://plus.google.com/u/0/+LéonHugoBonte13/posts.
      Fais-moi stp part de tes expériences, cela m’intéresse beaucoup, et je suis dispo pour toutes questions qui vont plus loin que mes articles.
      bonne installation !!!

  3. merci beaucoup pour ce blog fantastique. C’est très inspirant, et je trouve que c’est plein de bon conseils.
    Bonne continuation, et longue vie à la permaculture !!

  4. Bonjour, tout d’abord merci pour cet article! je me lance dans l’hydroponie depuis peu.Je commence avec des tomates cerises et des fraises, est ce que des néons t5 suffisent pour une surface de 90/80 j’ai le lightwave t5 2 néons 24w et je compte racheter le t5 4 neons 24w avec 6 néons floraison. Est ce que sa suffirait en eclairage? Aparament ils valent les turbos néons 55w?Du coup avec les turbos neons je serais a 330 watts mais la je consomme un peu moins de la moitié pour un résultat équivalent…je me trompe?
    Cordialement.Antony.

    1. Bonjour Antony
      merci de ton commentaire.
      En substance:

      « Je commence avec des tomates cerises et des fraises »

      Les tomates vont très rapidement prendre le dessus sur les fraises, il ne me semble pas très facile de les cultiver ensemble.
      Avec un éclairage qui a une faible pénétration comme le fluorescent, il est fortement recommandé de cultiver des plantes de hauteurs similaires (fraisier et basilic par ex), plutôt basses.

      « est ce que des néons t5 suffisent pour une surface de 90/80 j’ai le lightwave t5 2 néons 24w et je compte racheter le t5 4 neons 24w avec 6 néons floraison, Est ce que sa suffirait en eclairage »
      6 X 24 W = 144 W de fluo pour 80X90 cm de surface me paraît très bien pour aromates, herbes et fraisiers, faible pour la tomate. Je recommande de mélanger les couleurs 3 croissance et 3 floraison, les plantes seront plus vigoureuses et plus trapues.

      « Aparament ils valent les turbos néons 55w? »
      je préfère les T5 qui offre une meilleur repartition.

      Cordialement,
      Léon-Hugo

      1. Bonjour et merci pour ses précieuses informations! Je suis bien embéter pour mes tomates cerises que j’ai déja lancé, elles entament déja leurs 2 ème étage de feuilles…j’ai depuis ma 2 eme rampe de t5 4*24 et j’avais déja altérné les couleurs des néons.Est ce que ce serait jouable d’essayer pour les tomates cerises, par exemple en les palissant? Et pourquoi pas mettre une 3 eme rampe de 4 néons a la verticale? Sinon je suis bien content de savoir que je vais pouvoir compter sur mes fraises, surtout qu’elles me font déja de belles pousses! J’ai aussi lancé des graines de laitue…c’est faisable je pence? Et une dernière, je suis actuellement en cycle de lumiere de 18/6 est ce qu’il faudra que je déclenche une floraison a 12/12?

        Cordialement.Antony.

Leave a Reply